Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jour 49

La morsure incandescente de tes rites.

 

Le bûcher m'attend, tôt ou tard. C'est la suite logique de l'illogique. Quand on traine un sac plein de ténèbres la seule lumière que l'on peut apercevoir est celle d'une flamme fatale, dansante au bout d'un briquet. La fumeuse énervée doit allumer mon lit funéraire. Elle est excitée, remue dans tous les sens de l'indécence, sa porteuse salive de me voir cramer. J'en ai trop dit, je n'en ai pas assez dit. Une dernière volonté ? Celle de ne pas m'excuser. J'avance au milieu d'un couloir humain, des murs d'hommes et de femmes, ils crient ces affamés. Je baisse les yeux, je baise les dieux. Mon bourreau fait claquer ses talons aiguilles dans mon dos, je sens l'odeur de sa clope, elle m'ordonne d'aller m'allonger. Je m'exécute, littéralement. Ça pue l'essence. Je suis trop seul sur ce matelas humide. Je l'invite à me rejoindre, elle se désape devant son armée de voyeurs. L'envie de sourire vient tirailler ma bouche, je résiste. Je la regarde comme un poisson crevé materait son pêcheur. Planqué derrière mes yeux vitreux je ne voudrais pas qu'elle croit que je dévore son corps. Elle me rejoint, m'enjambe, je brûle de l'intérieur, elle plaque ses lèvres contre les miennes. Nos langues seront les premières à faire l'amour. Mon amante écrase sa cigarette sur l'oreiller puis vient coller ses seins sur mon torse. La belle faucheuse se déhanche sur sa piteuse proie. Je tiens à assumer un minimum de prestance mais la chaleur commence à m'emporter. Une fois de plus, une fois de trop. Je dois prendre le dessus, m'évader entre ses reins, l'inviter ailleurs. Mes doigts sont libres et déchirent sa peau comme l'on assassinerait le livre de la passion. Les pages volent au milieu du feu, ils attisent sa gourmandise. Je lui murmurai : que ferons nous lorsque nous serons cendres ? Elle me répondit : nous reviendrons, puis nous recommencerons, jusqu'à ce que ces fantômes aient disparu, j'ai la clé que tu cherchais.

C'est ainsi que nous nous sommes consumés.

 

 

You'll Miss Me When I'm Not Around

https://youtu.be/_IHaCyX6-Xo

Écrire un commentaire

Optionnel