Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jour 46

L'équilibriste aveugle.

 

À trop creuser, par la terre il fut recouvert,

à trop crever, de par son caractère délétère,

même son ombre, ne pu rester à son être collée,

l'âme sombre, sa seule entité lui jurait fidélité.

 

Sur un fil, il se tenait à l'horizon désuet,

sur un cil, ses yeux pleuraient l'adieu,

en bas, les pointes des terres saintes,

un tas, affamé par le presque macchabée.

 

Vertige du prestige, le regard plombé et désarmé,

Vestige qui afflige, ne plus voir est-ce ne plus croire ?

 

Plus dure sera la chute, la morsure de la fatale culbute.

Le mort sûr de sa nuit aurait finalement tort d'éteindre son ennui ?

 

D'un saut épuisé il puise dans le haut, la belle gravité l'a invité à quitter ses ailes.

Il s'écrase, se déphase, se sépare, se prépare.

Solide devenu liquide, il fuit puis s'enfuit. Oui.

 

 

 

 

 

 

Death Won't Take Me

https://youtu.be/5kiOQHwqqZQ

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel