Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Something in the way

Something in the Way
"Underneath the bridge
The tarp has sprung a leak
And the animals I've trapped
Have all become my pets
And I'm living off of grass
And the drippings from the ceiling
But it's okay to eat fish
'Cause they don't have any feelings..."

https://www.youtube.com/watch?v=ltfIiRtaNfs

"Something in the Way" de MXMS (oui, je préfère cette version à l'originale de Nirvana).

À quel moment on peut savoir qu'on n'a plus rien à se dire ? Quand la raison devient mécanique et que la folie ne fait plus naître la passion ?

Consensus et dualité est-ce que ça peut donner consensualité ? J'aimerais que ce mot existe, que je puisse planter une graine dans une terre gelée et dure rendue infertile par les mortes saisons.

Tu veux mes rêves, mes nuits ? À minuit je m'ennuie puis je m'emmure, mes dents se fissurent pour lâcher d'atroces murmures qui n'existent pas. Est-ce que je suis là ? Tu prends ma place ? Non ?

Oui, tu as dû rire quand tu as su que je m'étais cassé la gueule, tu as revu la copie de ta vie à la hausse, avoue que tu as bandé, que tu as mouillé, il y a des gens qui carburent à ça. Dans tes petites discussions obscènes tu m'imagines aigri, tu parleras peut-être de gâchis pour te donner un peu de crédit. Une vie hachée, à chier, stérile, tu es humain donc hypocrite, tu m'as jugé sans te retourner. On aime parler des fantômes sans avouer qu'ils nous hantent. La facilité de désavouer les oubliés. Un mort n'a plus cette immonde importance qui inonde l'existence. On va aller jusqu'au bout du coït, libérer ta pression, évacue la vision fantasmée de mon macchabée, essaye au moins de t'en satisfaire, ça ne va pas durer. Et si j'avais fait preuve un tant soit peu de résistance ? Cette idée d'une matière chaotique qui grandit dans l'ombre tu te la prends dans la gueule comme un coup de pelle rouillée, tu dérouilles ? J'avoue, c'est facile de s'accorder le droit d'être encore debout et d'apprécier un détail qui devrait être une évidence. Ce n'est pas une histoire d'ego, son absence est bien plus terrifiante, tu as déjà regardé dans les yeux d'un cadavre ? Mes pompes sont encore recouvertes par la boue du cimetière mais je te promets d'effacer mes traces, tu n'aimes pas les surprises ?

Pas de pardon, pas de compromis (je vous épargne une valse des mots avec con et promis), pas de juste milieu. Une rage juste et injuste, c'est la beauté du monde sauvage. Tu comprends ma chance ? Je suis vivant.

Écrire un commentaire

Optionnel