Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jour 14

Où quand tu te ne vois que la première vague. Le tiraillement entre le courage et la témérité.

This is what you want, this is what you get.

Tu as déjà nagé vers le large ? Quand tu glisses sur les rouleaux et qu'une fois dans le creux, tu vois cette montagne d'eau qui avance, prête à te dévorer si tu ne l'escalades pas rapidement. Impossible de savoir ce qu'il y a derrière. Si tu as de la chance tu trouveras le calme plat de l'amer (oui, c'est une coutume ici). Perdu, désemparé, à savoir si tu dois rebrousser chemin ou t'épuiser vers l'inconnu. Ou alors tu enchaineras les très hauts et les très bas.

Je vous accorde que dans notre situation on ne peut pas rembobiner le film, d'ailleurs cette expression est oubliée, oublions là. Soyons modernes, non, oublions cela. Alors est-ce que l'on peut évoluer vers une île ? Un bout de terre que l'on s'arrachera ? J'entends des animaux se battre sous ma fenêtre, des fouines, des renards, je ne sais pas. Pourquoi a-t-on oublié que l'on était des bêtes ? Seul notre instinct nous guide. Alors on nage, au milieu d'une flaque d'eau, puis elle sèche, on se retrouve le nez dans le sable. On est avec nos convictions d'êtres évolués, on a l'air de rien, le passé est loin, on a que le futur en tête. Mais le présent n'existe plus.

Ils nous disent que le pire est à venir, qu'il y aura d'autres vagues. On nage où on gratte le sable pour construire de nouveaux châteaux ?

 

 

The Order of Death
https://youtu.be/hMaVIAlJlnw

 

Écrire un commentaire

Optionnel