Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jour 21

L'espoir ce n'est pas comme la pluie.

Un autre soir à entretenir l'inutilité de l'acte, cette dramatique absurde qui me pousse à venir noircir cet écran. Je te rassure, je n'en suis pas à me fouetter le cul avec des orties, je sais où commence le mur de mes lamentations et je sais où il s'arrête. Il y avait cette tradition du clown triste, tomber en désuétude, rétablissons la !

Sortons masqués ou restons cachés ! Voilà, j'ai toujours rêvé de ce jour où l'on pourrait couvrir nos laideurs pour charmer cette noble société. Mais, on doit le faire dans une situation apocalyptique ! Je devine que sous ces bouts de tissus il n'y a pas de sourires. Hier encore je contemplais nos existences moyenâgeuses, je mimais ce rire hypocrite qui me caractérise si souvent en admirant nos vaines illusions. Oui, je n'apporte rien à ce monde, je suis d'une flagrante inutilité. Au cinéma, je suis ce bouffeur de pop-corn qui reste jusqu'à la fin du générique et qui applaudit une toile tendue au fond d'une salle. Un spectateur, voilà ce que je suis. Mais je sais être bon public. Là, je dois t'avouer que le spectacle qui nous est offert est assez pathétique, c'est à peine digne d'une production des années 50. Je te résume le scénario, ça va aller vite, un virus ravage le monde, ils sont obligés de nous isoler pour gagner du temps avant de nous fournir un traitement. Chaque annonce est contredite le lendemain. La seule certitude : faire l'opposé de ce qu'ils affirment. Sur fond de paranoïa aux relents nauséabonds, les personnages tentent d'imaginer un avenir, mais on sait qu'ils seront incapable de le construire. Je crois bien qu'en fait c'est une univers parallèle avec des robots débiles qui se prennent pour des humains. Je te rassure si tu es une femme, la saloperie qui déglingue l'humanité s'en prend un peu plus aux hommes, vu qu'ils n'étaient plus trop en odeur de sainteté depuis quelques années, ça arrange peut-être les choses. Je ne sais pas comment ça va se terminer, mais tu sais, l'espoir c'est comme la pluie, tu peux passer une existence sans qu'elle te touche.

La prochaine fois que j'irai dehors, j'aurai peut-être moins l'air con avec mon masque. Je rajouterai un nez de clown.

 

 

Clown

https://youtu.be/BX8S9hJZg5Q

Écrire un commentaire

Optionnel