Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jour 22

Quand les particules anxiogènes chassent l'oxygène.

Silence. Inspiration, expiration. Un seul astre peut transpercer le brouillard au goût de charbon, à l'odeur de goudron, cet épais coton d'affliction.

 

Dans cette lucarne vers le monde elle grossit,

Cercle infécond qui nourrit nos rêves.

Je lui parle, libère mes fantasmes,

Les nuages ne troubleront pas mes vœux.

 

Si, un instant, elle disparait, je sais qu'elle reste ici,

Ronde et belle solitaire, pour toi je crève.

Le ciel porte sa récolteuse d'âmes,

Elle nous éclaire de son halo silencieux.

 

Et, si la nuit l'avale dans sa bouche d'ébène,

Derrière mes yeux son globe reste brûlant.

On croit en ce que l'on voit, et c'est toi,

Je t'observe et t'offre mes souhaits un brin désuets.

 

Mes espoirs s'échappent de mes veines,

Ils volent vers toi, libres et confiants.

Peu importe si tu ruines ma foi,

Toi et moi nous ne serons jamais parfaits.

 

Le cercle un jour se fermera et l'on se retrouvera.

 

 

 

Luna
https://youtu.be/rhUPFMGn9H8

Écrire un commentaire

Optionnel